Drôle d’impression entre réalité et imaginaire….

Ce dimanche nous avons manifesté. Nous étions 1,3 million de marcheurs bien réels à converger vers un même objectif : le retrait de la loi dite du « mariage pour tous ».

Ce projet de loi imaginaire car n’ayant aucune réalité, nous a fait nous déplacer massivement de la France entière dans l’espoir de contraindre nos gouvernants. Mais pour avoir le droit de s’exprimer il faut préalablement passer par le conditionnement imposé par le service sanitaire du politiquement correct : tout germe catholique devant être au minimum contenu. Et pourtant, à quelques exceptions près, nous étions tous catholiques ce dimanche dans les rues de Paris.

Pour la suite des évènements, le gouvernement devrait s’entêter mais de notre côté, que devons-nous faire? Nous mobiliser autour de pétitions, envoies massifs de courriers,…mais devons-nous aussi conserver nos costumes passe-murailles pour les prochaines manifestations ? Ne devrions-nous pas clairement annoncer la couleur et dire que quelque-soit le gouvernement en place nous demeurons catholiques.

Pouvons nous continuer à nous travestir? Cette tactique sera-t-elle efficace à moyen et long terme? Et si cela ne l’était pas? Ne risquerions-nous pas de cumuler défaite et déshonneur?

En revanche, si nous nous affichons clairement, que risquons-nous ?

D’être rejoint par nos évêques…

D évangéliser.

D’être rejetés et taxés de cathos…quelle différence avec notre présent statut?

De retrouver  nos esprits,  nos âmes et nos corps.

De retrouver notre orientation

De retrouver la liberté qui caractérise notre foi.

D’aucuns me diront que le sujet n’est ni religieux ni politique et je répondrais qu’il est les deux car il est la démonstration parfaite d’un pouvoir politique qui outre passe ses fonctions. Le gouvernement est en pleine illégitimité quand il légifère sur le naturel, quand l’imaginaire (l’idéologie) de certains de ses membres veut s’imposer aux réalités naturelles. Nos évangiles ne nous révèlent-ils pas qu’il faut rendre à « César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu» ?

En un mot et sans plus d’ostentation, manifestons-nous dorénavant  en procession derrière nos bannières et non derrière Marianne car c’est Marianne qui nous a déjà imposé l’avortement, le pacs, la loi sur l’homophobie, le genre…

Stéphanie Prévot

le 16 janvier 2013

Ce contenu a été publié dans Retour au réel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *