Sur les écrans Le sens de la fête, à fuir !

Drôle de fête, celle de Nacache et Toledano ! D’une vulgarité en béton armé, dans les dialogues, les situations, les caractères. N’en jetez plus la cours est pleine.

Le sujet est un mariage dans un joli château, celui de Courance, semble t il, mais vu des cuisines. Le marié est un narcissique grave, la mère du marié qui cherche du sexe même ce soir là. Pour lier le tout la pommade multiculturelle, à toutes les sauces. Heureusement que la chef de rang , du plus bel ébène et les serveurs pakistanais sont là pour sauver la situation quand ces crétins de blancs ont fait sauter les plombs . J’ai rarement vu dans un film une aussi belle collection de tarés et de dingos. On ne rit pas une minute sauf peut être quand le marié s’envole dans les airs.

Ce contenu a été publié dans Sur les écrans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *