La réforme de l’orthographe vue par Jacques Bainville

Bainville

20 Juillet 1906

Somme toute, que reproche-t-on à l’orthographe usuelle ? D’être difficile à apprendre ? Que propose-t-on de lui substituer ? Une orthographe simplifiée et mise à la portée des instructions les plus négligées ?

C’est ici que réside ce qui n’est pas seulement une erreur mais une sottise. Qui ne voit aussitôt que, si l’on raisonne pour les paresseux ou pour les pauvres d’esprit, il n’y aura jamais de simplification suffisante ?

Il faut aller tout de suite à l’extrémité, et l’extrémité c’est l’orthographe phonétique, le droit donné à chacun d’écrire comme son oreille entend. Du moment qu’il y a une orthographe, elle sera toujours trop compliquée, il faudra toujours l’apprendre.

On voit mal où est l’avantage. Pour le voir, pour soutenir qu’il existe et que les simplifications proposées abrégeraient des études inutiles, il faut admettre que les enfants ont un mal considérable à retenir la figure de chaque mot. Les réformateurs proposent, par exemple, de terminer uniformément par les lettre èle tous les mots qui contiennent ce son. On écrira hirondèle, èle, quèle, èle, je me rappèle comme stèle et fidèle.

Vous souvenez-vous d’avoir eu la moindre peine à retenir qu’on devait mettre : hirondelle, aile, quelle, elle, rappelle ? Tel n’est pas mon cas. Et j’imagine qu’on apprendrait fort vite à ne pas confondre l’èle de l’oiseau avec èle, pronom personnel. Mais il faudrait l’apprendre encore, et je ne vois donc pas trop où est l’avantage, sinon de rendre obscure et lointaine l’origine du second mot et difficilement compréhensibles les dérivés (je ne sais en ce moment s’il en existe de très usuels, mais il y en a à coup sûr) où se retrouve la forme originale du latin ala.

S’il s’agit d’apprendre pour apprendre, mieux vaut continuer d’enseigner ce qui est conforme à la fois aux habitudes et à l’étymologie. Aile, c’est ala, comme ellle c’est illa. S’il y a difficulté, au moins est-elle logique et permet-elle de se débrouiller, tant bien que mal, dans la forêt des mots savants.
L’orthographe actuelle est, à y bien regarder, plus utile que nuisible aux personnes médiocrement instruites : son accord, même quelquefois un peu lâche, avec l’étymologie, ce sont les humanités du pauvre, c’est le latin des études primaires. L’orthographe compliquée est par là plus « démocratique » que l’orthographe simplifiée.

Il est surprenant que les réformateurs n’aient pas pensé à cela. •

Journal, Tome I (années 1901 à 1918), Plon, pages 37 à 38.

Ce contenu a été publié dans Chroniques Inactuelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La réforme de l’orthographe vue par Jacques Bainville

  1. laplanche dit :

    Tout semblait être dit depuis un siècle au moins.
    Faudrai-il envisager une autre langue pour notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *