La femme aux cinq éléphants

Svetlana Geier était ukrainienne . Après la mort de son père torturé dans les prisons soviétiques , elle est protégée par un officier allemand ,le nouvel occupant. Elle quitte l’Ukraine quand les soviétiques gagnent la seconde guerre mondiale.La « libération » n’était pas flagrante.En Allemagne elle devient traductrice et décide d’offrir au pays qui l’a accueillie la traduction des cinq grands romans de Dostoievski, ses éléphants. C’est elle qui impose le titre de Crime et châtiment. Le portrait magnifique de cette femme de 87 ans, plein de spiritualité , vous expliquera le mystère de la traduction et le travail acharné qu’elle exige. Les images de ce film traduisent, elles aussi, le lien que Svetlana a voulu renouer entre ses deux patries. Vous n’oublierez ni sa sagesse ni son regard plein d’humour. A voir au Lucernaire, rue du Cherche Midi à Paris. Dans cette oasis culturelle trois salles de théâtre, trois salles de cinéma et un excellent restaurant.

Ce contenu a été publié dans Sur les écrans, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La femme aux cinq éléphants

  1. Mtparnasse dit :

    Merci d’avoir parlé de Svetlana Geier.
    Petite rectification : le Lucernaire est situé rue Notre-Dame des Champs. Il n’y a malheureusement pas un seul théâtre ou cinéma rue du Cherche-Midi.
    Voisine de mon Lucernaire très aimé, je me suis sentie « lésée » !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *