Georges Laffly , le témoin de notre décadence

Georges Laffly fut un immense témoin de notre décadence. Il l’a subie dans sa chair, en étant expulsé d’Algérie en 62 et a continué à analyser notre société à la dérive. Nous lui devons plusieurs grands livres : Montaigne, libre et fidèle.  Etat des lieux, une société entre le rêve et la peur (aux éditions Sainte Madeleine).Le grand conseil aux éditions de  Paris, une biographie de Monnerot chez Pardes et enfin ces Chroniques litteraires publiées dans Itinéraires, Spectacle du Monde ou le Figaro et recueillies par son épouse.

Georges Laffly explique parfaitement la rupture totale avec le passé ou le travestissement de ce passé par la nécessité de la célébration de la bienheureuse démocratie et l’ineffable progrès. La disparition du sacré enfin provoque une véritable famine selon l’expression de Jules Monnerot et provoque des comportements irrationnels et des vices graves: l’avarice et la luxure.Il explique aussi la soumission totale de nos contemporains par « le besoin que l’individu éprouve d’être bien vu de la collectivité.  » Il faut être de son temps répètent toutes les cloches dans la rue.

Ce livre nous offre aussi des portraits litteraires d’une parfaite justesse, Bernanos, Maurras, Brasillach, Montherlant, Chesterton, Sainte Beuve etc. Des chroniques esthétiques sur les Vierges à la ceinture dans la peinture italienne ou le trompe l’oeil. Deux contes et de bien jolis poèmes. En lisant ce livre d’un esprit immensément cultivé vous échapperez quelques instants à la bêtise du temps et à sa propagande.

Le dessin de la couverture est un très beau dessin de Chard représentant Rastignac.

Editions Via Romana

Ce contenu a été publié dans Les émissions d'Anne Brassié. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *