6 Février 1945

brasill

6 février 2016 6 février 1945 Comme le temps passe… pour que le souvenir reste !

« Sur les collines du printemps ou sur les plages de l’été, Où sont-ils les princes enfants ? Où sont les dernières fumées ? La cendre court dessous le vent, Le feu de joie est dispersé. »

R.Brasillach (encore en l’an vingt et huitième, 1937)

6 février 1945 : au petit matin, l’écrivain robert brasillaCh était fusillé à 35 ans, au fort de Montrouge, par un peloton de gardes mobiles. Poète, critique littéraire, romancier, mémorialiste, il nous a laissé ses livres, ses poèmes écrits en prison à Fresnes (des merveilles !), mais surtout sa jeunesse, sa noblesse, son honneur et son allure. et cette image d’un jeune homme en pardessus bleu marine, un foulard rouge autour du cou, les yeux souriants derrière ses lunettes en écaille, écrivant des vers dans sa cellule, les fers aux pieds…

Ce contenu a été publié dans Chroniques Inactuelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *